J'adore regarder danser les gens...

...au bar du LOUXOR*
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A CAUSE DES GARCONS*

Aller en bas 
AuteurMessage
Alix Halown
CLUBBEUSE ENVOUTEUSE ET HARCELEUSE*
avatar

Nombre de messages : 307
Age : 35
Copyright : Mouaaaaaaah
In love with : Amaury
Citation : L'amour est une catastrophe magnifique : savoir que l'on fonce dans un mur, et accélérer quand même.
Date d'inscription : 15/09/2007

Louxor
Song du moment: Babyshambles . The lost art of the murder
Level of Dance:
100/100  (100/100)
Relations:

MessageSujet: A CAUSE DES GARCONS*   Ven 2 Nov - 10:53

A CAUSE DES GARCONS*

« Ah ! Nan c’est pas possible ! »

L’irrésistible jeune femme se pencha vers son pied pour constater l’étendue des dégâts. Comme elle l’avait imaginé, le talon de son escarpin droit venait de se casser l’empêchant de continuer son chemin.

La journée avait pourtant commencé tout à fait normalement, Alix s’était réveillée au son d’une musique Pop rock qui provenait de son portable/réveil. Comme tous les jours, elle avait légèrement pesté après ce dernier puis s’en était affreusement voulue d’avoir fait la fête la veille. Une fête qui était en plus totalement identique à toutes celles auxquelles elle avait pu participer jusqu’alors et qui était dépourvu de tout intérêt. Après quelques minutes supplémentaires à traîner dans son lit, la jeune femme se leva et se dirigea vers sa salle de bain. Elle effectua alors tous les gestes de beauté nécessaire pour son hygiène à savoir, se laver les dents, prendre une douche et s’appliquer de la crème. Elle ouvrit ensuite un gigantesque placard dans le but de se trouver une tenue correcte pour sortir. Ce matin là, elle opta finalement pour un jean slim Chloé relevé par une tunique vert pomme Pucci. Alix attacha ses cheveux en hauteur puis sortit sa trousse de maquillage. Elle en appliqua une légère couche à son minois puis observa un bref instant son reflet dans le miroir. Même préparée à la va-vite, elle était sublime. Elle attrapa un foulard Hermès, cadeau de la maison, puis un sac Gucci qui contenait déjà toutes ses affaires importantes. Vint ensuite le choix de la paire de chaussures. Ce n’était certainement pas ce qui manquait dans la demeure de la jeune fille, mais elle n’arrivait pourtant jamais à faire un choix. Par élimination, elle décida donc d’enfiler une paire d’escarpin d’un nouveau styliste Italien. Alix, fin prête, quitta sa résidence.

Tous les matins, elle allait se promener en ville. Généralement, la jeune femme se laissait aller jusqu’à Tikida garden puis s’arrêtait quelques instants, s’assaillait sur un banc, pour observer un peu les alentours tout en fumant un Marlboro light. Ce matin là, c’est justement en se dirigeant vers l’un des nombreux bancs beiges que son talon avait cédé.


FLASH BACK*

Il était près de quinze heures lorsque la jeune franchis l’enceinte du Mall of The Emirates, le plus célèbres des centres commerciaux de Dubaï. Comme d’habitude, elle commença sa journée shopping chez STRIDENTS, une petite boutique qui possédait uniquement des chaussures de grands couturiers. C’était certainement l’endroit préféré de la plupart de la population féminine de Dubaï. Pour commencer, Alix se mit à chercher « la perle rare » dans le rayon nouveauté. Elle tenait dans ses mains une sublime paire de ballerines lorsqu’un vendeur l’aborda.

« Bonjour, Hubert pour vous servir. J’imagine que vous cherchez une paire de chaussure dans un genre nouveau et je pense avoir exactement ce qu’il vous faut. »

L’homme était très grand, slim beige qui montrait à quel point ses jambes étaient minces et longues. Il portait en plus une chemise rosée qui lui donnait un côté très féminin. Ses cheveux avait probablement été domptés grâce à une forte dose de gel. Lorsqu’il marchait, il dégageait une odeur très forte, Alix cru reconnaître le dernier parfum pour homme de Dior. Alix le regarda un peu ébahi. Elle n’aimait pas vraiment quand les vendeurs l’abordaient, elle préférait se débrouiller seule et lorsqu’elle avait besoin d’un avis, elle allait faire du shopping avec des amies. Leurs jugement étaient beaucoup plus objectifs. Hubert ne laissa pas le temps à Alix de répondre, à la place, il lui prit sa main et l’emmena dans un autre rayon.

« Et voilà le petit bijoux »

En même temps qu’il prononça ses mots, il lui montra une paire d’escarpin qui était très originale. Les chaussures avaient un côté rétro très à la mode, mais le plus impressionnant était en fait le talon. Il était en effet sculpté dans une matière qui était indéterminable à vu d’œil pour Alix. Elle prit les chaussures dans ses mains et demanda au vendeur :

« Elles sont sublimes, mais dites moi, le talon ne risque pas de se casser ? »

Il la regarda en souriant avant de répondre fièrement :

« Il n’y a pas moyen, c’est INCASSABLE chérie ! »

END*

« Incassable, incassable ! je t’en mettrai moi de l’incassable ! » affirma-t-elle avec grande conviction. Il ne lui restait désormais plus qu’une solution : rentrer chez elle pour changer de chaussures.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://louxor.1fr1.net/
Amaury Nichols
BOUGE LA TETE ASSIS SUR SON FAUTEUIL*
avatar

Nombre de messages : 7
Age : 36
In love with : Alix
Date d'inscription : 06/11/2007

Louxor
Song du moment: Riisen - Hey Graviity
Level of Dance:
100/100  (100/100)
Relations:

MessageSujet: Re: A CAUSE DES GARCONS*   Mar 6 Nov - 17:29

Ce matin, comme tous les matins d'ailleurs, un jeune homme fut réveillé par son réveil. Quoi de plus banal. Un bruit semblable à une alerte incendie sonna dans la chambre. Et Amaury sursauta, appuyant d'un geste de main radical sur le bouton du réveil. Stop ! Stop à ce bruit affreux qui lui faisait si mal au oreille.
Parfois, il y des matins ou ont aimerait bien pouvoir dormir un peu plus. Pouvoir profiter de son lit bien douillet pour se reposer encore quelques instants.. Juste quelques secondes.. Rien de plus ! Après on vous promets qu'on ne s'endormira pas. C'est ce que le petit Nichols faisait avant. Il se disait qu'il allait rester encore quelques minutes au fond de la couette bien chaude qui le recouvrait.. Mais il se rendormait et finissait par arrivé en retard. Evidemment, Amaury se faisait hurlé dessus. C'était intolérable selon son direction d'arrivé en retard.. M'enfin, maintenant le jeune brun est à Dubaï et n'a plus de travail, il l'espère pouvoir reprendre le boulot sur le Louxor, comme serveur. Comme il l'était avant, mais ce n'est pas dit qu'il soit pris.. Faut espèré comme le disait si bien sa vieille mère.
Bref, Amaury soupira légèrement. Il avait tellement envie de rester dans son lit mais il ne voulait pas passé sa journée à dormir. Pas cette fois.. Amaury quitta donc son lit, avec beaucoup de difficulté. Il alla rejoindre sa salle de bain.. Là ou il prit une douche assez longue. Pendant ce temps, sa cervelle réfléchissait.. Comment m'habillé aujourd'hui ? Un jean et un t-shirt suffirons. N'est-ce pas ? Oui oui, c'est parfait. Donc dès qu'il sortit de la douche il alla s'habillé.. Enfilant un vieu jean ainsi qu'un t-shirt noir. Sa main se glissa dans ses cheveux, histoires de les mettres un peu mieux et zouu, Amaury mit ses converses noir à ses pieds et sortit de son appartament à une vitesse grand V.
Comme vous l'avez pu le constaté, Amaury Nichols n'a pas prit de petit déjeuner. Est-ce grave ? Non non ! Il n'avait pas faim, comme tous les matins.. Mais magie magie, en passant devant un magasin, sans surveillance, avec des légumes disposé devant la vitrine.. Il en attrapa une.. Une belle pomme verte et accèlera sa cadance. Ni vu, ni connu ! Personne ne l'interpella, c'est bon signe. Il croqua dans sa pomme.. Et s'avança vers Tikida Green.. L'endroit semblait désert.. Pourquoi ? Eh oui, encore une question. Non mais sérieusement, pourquoi ? Le peuple n'était-il pas sencé se prommener ? Les chiens n'avaient pas de petit besoin à faire ? Apparament, aujourd'hui, toutes ses personnes n'étaient venut en masse..
Amaury marchait dans ce parc.. Regardant à gauche, à droite, devant lui.. Partout.. A la recherche d'un visage familier.. Et là. Qui sait qu'il apperçut. La belle Alix. Aussitôt un beau sourire s'installa sur son visage.. Un si beau sourire. D'un coup, ses questions sur le fait que le parc ne soit pas bien remplit s'envolèrent.. Et il se concentrait sur ce bout de femme qui était posté non loin de lui.


" Alix ! "

Son petit corps d'ancien barman de Louxor s'avança bien rapidement vers son amie, la fille à qui il pensait immédiatement en se levant le matin. Sa pomme, il alla la jeté dans une des poubelles pour ensuite se posté derrière Alix. Il passa sa main dans le dos de la jeune femme.. Observant son talon abimé. Amaury soupira. Elle devait surment être en pétard contre la personne qui lui avait vendut ce petit escarpin. La conaissant elle serait bien capable d'aller crier sur la personne en question.. Pfiou.. La main d'Amaury glissa vers la taille de la jeune femme et il se pencha vers son visage.. Pour y déposer un doux baiser au creux de sa joue.


" T'a voulut faire un footing avec tes escarpins ?! "


Amaury la taquiner, comme à son habitude. Qu'est-ce qu'il pouvait adoré faire cela.. Alix le savait de toute façon, jamais il n'oserait se foutre de sa gueule, comme le dise si bien les jeunes. C'est pour cela qu'il lui adressa un sourire tout mimi dès qu'elle le regarda
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alix Halown
CLUBBEUSE ENVOUTEUSE ET HARCELEUSE*
avatar

Nombre de messages : 307
Age : 35
Copyright : Mouaaaaaaah
In love with : Amaury
Citation : L'amour est une catastrophe magnifique : savoir que l'on fonce dans un mur, et accélérer quand même.
Date d'inscription : 15/09/2007

Louxor
Song du moment: Babyshambles . The lost art of the murder
Level of Dance:
100/100  (100/100)
Relations:

MessageSujet: Re: A CAUSE DES GARCONS*   Mer 7 Nov - 21:06

Alix était désormais assise sur un des nombreux bancs du parc. Elle tenait dans sa main son talon cassé et examinait sa chaussure. La jeune demoiselle ruminait sa vengeance, elle avait horreur qu’on se moque d’elle de la sorte et « Monsieur Hubert » allait bientôt regretter d’avoir osé lui vendre une telle chose. Elle n’avait pas encore d’idée précise sur la façon dont elle accomplirait cette dure tache, mais elle finirait bien par trouver, elle trouvait toujours.... ça lui rappelait d’ailleurs une légère mésaventure qu’elle avait eu lorsqu’elle était au lycée. Une fille qu’elle ne portait pas dans son cœur avait tournée un peu trop près du copain actuelle d’Alix et bien sûr cette dernière n’avait pas apprécié. Elle avait alors de lui en faire voir de toutes les couleurs. Elle avait commencé par lui piquer ses vêtements alors que la jeune demoiselle se douchait tranquillement dans les vestiaires. Elle était restée coincé jusqu’à ce qu’une femme de ménage passe par là. Autant dire que le reste de l’année avait été aussi mouvementé.

Alix sortit de ses pensées lorsqu’elle entendit une voix familière prononcer son nom dans son dos. Elle tourna légèrement la tête pour apercevoir cette personne. Il s’agissait d’Amaury. Ils s’étaient tous les deux rencontrés au bar du Louxor alors qu’il effectuait son service et que la jeune femme était venue faire la fête. Ils avaient tous les deux flashé l’un sur l’autre, mais personne n’avait jusqu’alors faire le premier pas. Il était pourtant temps, la situation commençait à devenir de plus en plus étrange entre eux deux. Alix lui laissa déposer un bisou sur sa joue puis elle l’écouta se moquer d’elle. Après avoir entendu ses mots, la jeune femme lui lança un regard noir. Ce n’était pas vraiment le moment pour plaisanter alors qu’elle était en pleine crise « j’ai bousillé mes chaussures et je vais devoir rentrer chez moi pied nu ».


« Ah ! Ah ! Quel humour cinglant ! » dit-elle en imitant un faux rire.

Alix regarda à nouveau Amaury, son doux visage lui donna une grande envie de lui raconter tous ses malheurs.

« Nan, mais tu as vu ça ?! » commença-t-elle en montrant ses chaussures neuves déjà fichues.

« D’après le vendeur, un certain Hubert, je cite : ces escarpins étaient extras et incassables. Un nouveau couturier horriblement doué dont on entendrait longtemps parler les a crée. » Plus elle parlait plus elle s’énervait. Il fallait en effet peu de chose pour la mettre en colère la miss Halown. « Et je peux t’assurer qu’il va en entendre parler de MONSIEUR LE GRAND COUTURIER ITALIEN » dit-elle en appuyant bien sûr ses mots. Alix était encore plus belle qu’à son habitude lorsqu’elle s’énervait.

« Pfff comment je vais faire pour rentrer moi maintenant ? » se plaignit-elle en faisant la mou.

[Pff ce poste est minable, mais je t'avais prévenu que mes seconds postes étaient toujours nazes ><]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://louxor.1fr1.net/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A CAUSE DES GARCONS*   

Revenir en haut Aller en bas
 
A CAUSE DES GARCONS*
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
J'adore regarder danser les gens... :: DUBAÏ SUD* :: Tikida Garden-
Sauter vers: